Taking Flight speaks to Deleuze and Guattari’s petition to leave bounded territories and to connect and to create and to “establish a logic of the AND.” Privileging intense and transformative encounters with others, they ask us not to cling to the state apparatus that reinforces the normative or the binary machines which rigidify us (man-woman, adult-child, straight-queer etc.), but to invent more supple and fluid connections, which, in turn, create new concepts, new thought, and new experiences. This invitation for anomalous creations and diversifications across and beyond disciplines ruptures genealogies, totalities, and unifications. It opens up trajectories of odd, unforeseen–queer–manoeuvres in connection with other disciplines, but also within Deleuze and Guattari’s own oeuvre. In taking flight, this conference seeks to open up a set of cross-disciplinary questions, exploring all those “wild creation[s]” and deterritorializations that emerge in their encounter with Deleuze-Guattarian philosophy.  This conference invites participants to queer the texts of Deleuze and Guattari, to experiment with new and unusual readings of their work.

The conference will take place from 19-21 June 2017The camp will take place in the week prior to the conference, from 12-16 June 2017.

Toronto by bohlmann

© Markus Bohlmann and Jane Newland

Deleuze et Guattari nous demandent de nous envoler ; de quitter des territoires striées, de faire des connexions et de créer et d’  « instaurer une logique du ET. »  En privilégiant des rencontres intenses et transformatrices avec autrui, ils nous demandent de ne pas nous attacher à l’appareil d’État qui renforce les machines normatives ou binaires qui nous rendent rigides (homme-femme, adulte-enfant, hétéro-queer  etc.) mais d’inventer des connexions plus souples et plus fluides qui créent ensuite de nouveaux concepts, de nouvelles pensées et de nouvelles expériences. En nous invitant à former des créations anormales et des diversifications à travers et au-delà des disciplines traditionnelles, on rompt avec des généalogies, des totalités et des unifications, ce qui crée par la suite des trajectoires bizarres, inattendues, queer – envers d’autres disciplines, mais aussi à l’intérieur de l’œuvre de Deleuze et Guattari elle-même. Cette conférence cherche, donc, à désenclaver plusieurs questions transdisciplinaires, en explorant toutes ces  «sauvage[s] création[s]» et ces déterritorialisations qui apparaissent à la rencontre de la philosophie de Deleuze et Guattari. Cette conférence demande aux conférenciers et aux conférencières d’explorer les affinités queer des textes de Deleluze et Guattari, d’expérimenter en lisant autrement leur œuvre.

La conférence aura lieu du 19 au 21 juin 2017. Les ateliers se dérouleront la semaine précédente de la conférence, soit du 12 au 16 juin 2017.